Une cliente me disait hier, qu’elle avait rencontré deux de ses anciens collègues. L’un fraîchement arrivé, a foi dans ce qu’il veut mettre en oeuvre. L’autre a perdu toute énergie. Il s ‘est usé à monter des projets dans un contexte compliqué, négatif, au sein d’une organisation qui vient à bout, malgré elle, des meilleures énergies. Il n’est pas heureux. Sans doute le moment de passer à autre chose. Sauf, que, sans énergie, avec une confiance en soi grignotée jour après jour, le talent disparaît derrière une montagne de doutes, au point de ne plus voir les opportunités que l’extérieur lui réserve.

Ma cliente elle, rayonne. Selon un concept à la mode elle a trouvé son “ikigaï”. Elle fait ce qui lui plait, réussit dans ce qu’elle entreprend. Sa passion, son talent et ses projets professionnels et personnels sont en cohérence. Elle est heureuse.

Et pourtant il y a quelques mois, dans le même contexte, elle s’usait, déprimait et enchaînait les galères. Jusqu’à ce que cela devienne invivable et qu’elle décide, dans un réflexe de survie de s’extraire de cet environnement nocif pour elle. Avec un talent qu’elle ne voyait plus, une confiance proche de zéro, et des projets auxquels elle n’osait plus trop croire, le risque était grand de poursuivre la trajectoire négative.

Heureusement, la galère de trop lui a fait prendre la bonne décision.

Combien de personnes restent, elles, bloquées, trois mois, 1 an, 10 ans, dans un contexte dont elles sentent bien qu’il ne leur convient plus ? Le coaching de décision permet d’enclencher le mouvement, sans forcément attendre la galère de plus. Il constitue parfois le premier pas d’un nouveau voyage.